Advertising Console

    OM : « la honte totale », selon Mandanda

    Reposter
    infos-marseille

    par infos-marseille

    20
    72 vues
    La zone mixte du stade vélodrome ressemblait mardi soir à ces quais de gares les jours où les trains ne s’arrêtent pas. Du « pas ce soir » de Dimitri Payet- qui ne s’arrête pas non plus quand il gagne - aux mines particulièrement renfrognées des Diawara, Valbuena et autres Gignac, on comprend que les hommes de José Anigo vont avoir du mal a digérer cette élimination infligée par Nice au Vélodrome.
    Premier à rompre le silence, Benoit Cheyrou donne le ton en très peu de mots : « J’ai honte !»
    Pour le coup, les hommes de Puel ont réussi à semer le doute dans l’esprit des Marseillais. Et pourtant, pour faire face aux nombreuses absences, Claude Puel avait pratiquement composé une équipe bis. Au point que les jeunes aiglons en rigolaient entre eux dans le vestiaire avant la rencontre : « avant de rentrer sur la pelouse, je leur ai dit que c ‘était une équipe de Gambardella », sourit Fabrice Abriel.
    Oui mais voilà, cette « équipe de Gambardella » peut se vanter d’avoir fait exploser les statistiques marseillaises. Jamais encore Nice n’avait éliminé l’OM de la coupe de France au Vélodrome. Et il faut remonter à 1980 et un certain Valenciennes-OM pour retrouver la dernière fois que l’OM a encaissé au moins cinq buts.
    Steve Mandanda, lui n’a plus le cœur à plaisanter à l’issue de la rencontre : « C’est la honte totale , réagit le capitaine marseillais. On a été catastrophique. C’est inadmissible de sortir une prestation pareille, surtout défensivement. Perdre devant cette équipe de Nice et de cette manière, c’est rageant, humiliant et on pourrait trouver encore d’autres qualificatifs ». Et comme il l’avait fait déjà à plusieurs reprises, Steve Mandanda appelle chaque joueur de l’effectif à « balayer devant sa porte et se remettre au travail ou travailler encore un peu plus ».
    L’autre réalité c’est que l’OM n’a plus désormais que le championnat pour se frayer un chemin européen. Et que pour l’instant l’écart est de huit points (et un match en retard) avec le troisième.
    Et que le calendrier ne laisse pas beaucoup de temps pour panser les états d’âmes : «il y a un match dimanche, rappelle Mandanda et on n’a pas d’autres choix que de réagir et faire un bon résultat à Monaco, si on veut accrocher le seul objectif qui nous reste cette saison.»
    Et pour les cadres marseillais, du moins ceux qui se sont exprimés mardi soir, as question d’écarter cette défaite d’un revers de main et passer à autre choses. Benoit Cheyrou avait déjà prévenu à l’automne : « s’il faut marquer au moins quatre buts pour gagner nos match, ça va être compliqué, disait-il » . Steve Mandanda le répète « maintenant, on va revoir ce match. Il y a pas mal de chose à rectifier et notamment sur le plan défensif, parce qu’on enchaine avec un match qui sera de toute façon difficile. Mais si on est à ce niveau-là dimanche, à Monaco, c’est pas cinq buts qu’on va prendre mais au moins le double ».
    ©Infos-Marseille.fr