Pour les habitants de Tel Aviv, Sharon est avant tout un "héros"

98 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
A Tel Aviv, les réactions sont unanimes. Pour une majorité d’Israéliens, Ariel Sharon reste, avant tout, le héros de la guerre israélo-arabe de 1973, lorsqu’il avait bravé les interdits pour traverser le Canal de Suez et prendre l’armée égyptienne à revers.

Luis Carballo – l’envoyé spécial d’euronews en Israël – a recueilli le point de vue de plusieurs Israéliens. En voici un florilège :

Ce jeune homme se souviendra d’Ariel Sharon comme d’un “commandant plein de ressources dans l’armée, pour ce qu’il a fait durant la guerre du Kippour. Je crois que tous les Israéliens savent plus ou moins ce qu’il a fait à ce moment-là : aller à l’encontre des ordres et faire ce qu’il croyait juste. Et, effectivement, c‘était la bonne chose à faire. C’est de ça que je me souviendrai avant tout”.

Pour cet Israélien, plus âgé, l’ancien premier ministre du pays était “un grand homme”. “C‘était aussi un être humain, il aimait rire, il aimait faire ce qui était juste. Quand il prenait une décision, c‘était dans l’instant, sans attendre l’accord de quiconque, et sans même demander à quelqu’un. Si tu dois faire quelque chose, tu le fais, c’est tout, tu le fais tout de suite. C‘était un homme imposant – et pas seulement par la corpulence – mais un grand homme avec une forte personnalité. Oui quelqu’un de fort”.

Même discours unanime pour cette jeune femme. Elle aussi estime que “c‘était un grand homme”. “Il a fait beaucoup de choses pour ce pays. On peut même dire que c‘était un héros, un pan de notre Histoire à lui tout seul. “C’est vraiment triste la manière dont les choses ont tourné, mais on se souviendra de lui”. “Je crois qu’il faut se souvenir d’une personne en fonction de l’impact qu’elle a eu et l’impact qu’il a eu sur l’Etat d’Israël, pour le modeler tel qu’il est aujourd’hui, c’est ce dont il faut se souvenir”, renchérit-elle.

“Le journal israélien Yediot Aharonot parlait dans son édition de vendredi d’une “issue inévitable”. La mort d’Ariel Sharon n‘était qu’une question d’heures. Israël dit au revoir à Sharon pendant le Shabbat, il dit au revoir à un homme politique controversé mais aussi à un militaire de haut rang, avec ses forces et ses faiblesses mais aussi avec une certaine dose d’admiration quant à la manière avec laquelle “le vieux guerrier” a mené sa dernière bataille”, conclut Luis Carballo, l’envoyé spécial d’euronews à Tel Aviv.

0 commentaire