Advertising Console

    Magic Fairy

    Repost
    Annémeraude Anne

    par Annémeraude Anne

    401
    124 vues
    Ancienne Ballade folk . par Aufklarung
    Paroles de la chanson en français !
    Paroles de Katherine Mansfield (1888-1923)
    Maintenant, c'est l'histoire d'Olaf
    Il y a des siècles et des siècles
    Vécu à droite sur le sommet d'une montagne,
    Une montagne couverte de neige.
    Et il était très joli et minuscule
    Avec de beaux cheveux blonds curling
    Et les petites mains comme des fleurs délicates -
    Joues embrassées par l'air froid de la montagne.
    Il vivait dans une hutte faite de bois de pin
    Juste un peu de place et une porte
    Une table, une chaise et un lit
    Et des peaux d'animaux sur le sol.
    Maintenant Olaf était devenu fée
    Et si jamais il voulait manger;
    Il pensait que les gouttes de rosée et des gouttes de pluie étaient beaucoup
    Et les flocons de neige et tous les parfums sucrés.
    Dans la journée, lorsque le balayage et l'époussetage
    Et le nettoyage étaient tout à fait finis
    Il s'asseyait toujours près de la porte
    Et rêvait Ô, qu'il avait un ami!
    Quelqu'un à venir quand il l' appelait,
    Quelqu'un pour prendre par la main,
    Quelqu'un pour dormir avec la nuit,
    Quelqu'un qui aurait très bien compris.
    Une nuit, au milieu de l'hiver
    Il était éveillé sur son lit
    Dehors, la tempête furieuse
    Et l'appel des loups d'être nourris -
    Loups minces, gris et silencieux comme des ombres;
    Et Olaf avait peur de la mort.
    Il avait poussé un cri à travers une fissure dans le chambranle de la porte,
    Il avait vu la fumée blanche de leur souffle.
    Mais tout à coup dans le vent de tempête
    Il entendit une petite voix suppliante
    Pleurer, "Je suis une fée de la neige, Olaf,
    Ouvrez la fenêtre pour moi. "
    Alors il l'a fait, et il a volé à travers l'ouverture
    Le plus savoureux, le plus joli esprit
    Son visage et sa robe et ses bas,
    Ses mains et ses boucles étaient tous blancs.
    Et elle a dit, "O pauvre petit étranger
    Avant je fondais, vous le savez,
    Je vous ai apporté un précieux présent,
    Un petit violon brun et l'arc.
    Alors maintenant, vous ne pouvez jamais être solitaire,
    Avec un violon, vous voyez, pour un ami,
    Mais tout au long de l'été et l'hiver
    Jouez de belles chansons sans fin ".
    Et puis, - O elle a fondu comme de l'eau,

    Mais Olaf était enfin heureux;
    Le violon, il l'a rangé sur son épaule,
    Il tenait son petit arc très rapide.
    Alors peut-être dans la plus calme des soirées
    Si vous écoutez, vous pouvez l'entendre bientôt,
    L'enfant qui joue du violon
    Loin dans le froid, la lune solitaire.