Advertising Console

    Brésil LA LOI DU PLUS FORT - Les routes de l'impossible

    Repost
    Philippe Lafaix

    par Philippe Lafaix

    73
    22 746 vues
    LES ROUTES DE L’IMPOSSIBLE - BRESIL : LA LOI DU PLUS FORT
    Un film de Philippe LAFAIX
    Images Matthieu Firmin et Philippe LAFAIX
    Conseil scientifique : XAVIER ARNAUD DE SARTRE

    En Amazonie si plus d’un cinquième de la forêt est déjà rasée, on compte aussi près de 200 000 kilomètres de pistes illégales qui facilitent la déforestation.

    Résumé :
    Au brésil, dans l’état du PARA, un convoi de camions-citernes bourrés de carburant, s’enfonce dans la forêt amazonienne par une piste délabrée. Elle à été percée illégalement à coup de bulldozer ! L’objectif des transporteurs, avides de gains faciles: livrer du Gasoil à des chercheurs d’or qui détruisent l’une des plus précieuses forêts du monde avec des lances à eau et des moteurs diesels…
    À quelques kilomètres de là, Cécilio et sa famille, des Indiens KAYAPO, sont expulsées de leur maison. Leur territoire ancestral est en train d’être inondé par l’immense lac artificiel (en cours de remplissage) du titanesque barrage de BELLO MONTE. Désorientée, devenus en quelques jours « Sans Domicile Fixe », la famille KAYAPO erre sur les routes à la recherche d’un abri hypothétique…
    Ces deux parcours croisés,tracent le portrait sans fard de l’une des régions la plus menacée du monde…

    Révélées par les observations satellites les pistes illégales de l’Amazonie (près de 200 000 kilomètres) permettent l’accès aux parcelles de forêt les plus isolées et ne sont inscrites sur aucune carte. Les Etats du Mato Grosso, du Pará et du Rondônia concentrent 90 % de toutes les voies illégales de l’Amazonie. L’invasion est rapide,les chercheurs estiment que ce réseau illégal gagne 1 890 kilomètres par an. Par ces pistes laissées sans surveillance, des milliers de colons brésiliens, souvent pauvres et prêts à tout, s’enfoncent dans la forêt en quête de richesses faciles. Leurs habitudes dévastatrices n’obéissent qu’à la loi du plus fort et au profit rapide.
    Par ces trouées béantes, les fermiers, les gros propriétaires terriens et des trafiquants en tout genre pénètrent aussi dans la forêt et la saccage au prétexte du développement. Le bois précieux et l’or attire leurs convoitises. Rien ne les arrête, même les obstacles les plus ardus. Au bout de quelques années, quand ces colons se sont installés en masse, l’état brésilien légalise les terres et goudronne les plus grandes pistes. Mais les terres rasées qui servent de pâturages s’appauvrissent très vite et dix à vingt ans plus elles deviennent des déserts.
    Chaque année, les colons et les trafiquants reprennent alors leurs Bulldozers pour percer d’autres pistes illégales. Ils envahissent d’autres terres qu’ils brûlent par millions d’hectares pour faire paître leurs troupeaux. Et chaque seconde l’Amazonie agonise toujours plus.