Advertising Console

    131214Dal93

    Reposter
    droitaulogement

    par droitaulogement

    37
    130 vues
    Une manifestation de 400 personnes depuis La Courneuve jusqu'à la préfecture de la Seine-Saint-Denis à Bobigny le samedi 14 décembre 2013. Des collectifs de mal logés ou de sans logis d'Aubervilliers, de la Courneuve, de Montreuil Joliot-Curie, de Rosny, de Saint Denis, de Saint Ouen, et des Baras de Montreuil et de Bagnolet, entre autres, ont participé.

    Lors du rassemblement sur l'esplanade Jean Moulin devant les portes closes de la préfecture, le porte-parole du DAL, Jean-Baptiste Eyraud a appelé à la résistance.

    300.000 logements vides en Ile-de-France. Sept millions de mètres carrés de bureaux inoccupés. Dans ces conditions, qu'est-ce qui empêche le gouvernement, et le préfet, d'user de la loi de réquisition pour fournir un toit aux milliers de gens qui dorment dans la rue, dans des caves ou dans des cabines téléphoniques? Pourquoi l'Etat ne respecte pas les conditions établies par le Droit au Logement Opposable voté en 2009. Pourquoi c'est seulement la loi favorable aux propriétaires et aux spéculateurs et rentiers qui est appliqué?

    Le préfet a été prévenu. Déjà il ne respecte pas sa promesse de rencontre trimestrielle avec les délégués des collectifs pour discuter de la situation sociale de chaque lieu. S'il ne trouve pas de solution à leurs problèmes, les collectifs et leurs adhérents viendront jouir de leur droit constitutionnel de manifester jour et nuit devant sa préfecture.

    Une femme ayant participé à la lutte des familles qui ont campé pendant un mois sur la place de la République à Paris a rappelé quelques évidences. Seule la lutte paie. Et la lutte n'est pas finie. Il faut de la persévérance, de l'obstination et de la ténacité. Un toit c'est un droit. La lutte continue.