Advertising Console

    [#jdef] Le « Journal de la Défense » de décembre 2013 en ligne

    Ministère des Armées

    par Ministère des Armées

    610
    4 391 vues
    Commandos parachutistes, stage de survie, pompiers de Paris… Retrouvez l’intégralité du magazine TV « Journal de la Défense, mission défense » sur votre site internet. Ce journal tout en images inédites propose des reportages en immersion au sein des forces armées.

    Au programme de ce numéro 86 de décembre 2013 :
    • Le stage Jedburgh à Montauban. Les futurs commandos parachutistes ont participé à la première édition du module « génie ». Durant une semaine, les stagiaires ont été sensibilisés aux dangers des explosifs.
    • Exercice Médichos : soigner en milieu hostile. soigner en milieu hostile.Dans le cadre de leur préparation opérationnelle, médecins, infirmiers et auxiliaires sanitaires militaires suivent un stage de médicalisation en milieu hostile.
    • Stage de survie en temps de paix. Sur la base aérienne de Cazaux, au centre de formation à la survie et au sauvetage, seize pilotes, futurs pilotes et mécaniciens navigants ont commencé leur stage par apprendre les techniques qui pourront un jour leur sauver la vie sur terre ou en mer.
    • Témoignage d’un sapeur pompier de Paris sur les risques de son métier. La préparation opérationnelle est primordiale.
    Pour ce numéro, l’équipe s’est rendue en Alsace, à Meyenheim. Elle a rejoint le régiment de marche du Tchad pendant un exercice de terrain de grande envergure. Ce sont 700 militaires et 100 véhicules qui sont déployés pendant 4 jours et 4 nuits sur une quinzaine de communes.

    Les coulisses du tournage sur le stage MEDICHOS de médicalisation en milieu hostile.

    « Durant trois jours, nous avons partagé l’expérience des stagiaires médecins et infirmiers, de jour comme de nuit. Assaut sur un village, embuscade tendue à un convoi, libération d’otages ou encore afflux massif de blessés sur un poste médical avancé, les scénarios s’enchaînaient, mettant à rude épreuve les stagiaires, et nous également. Afin d’accroître le réalisme des scénarios, des fusiliers-marins jouaient les blessés. Vêtements déchirés, impacts de balles, fractures, hémoglobine... le grimage des fusiliers était impressionnant et particulièrement réaliste. À tel point que l’on pouvait aisément s’y méprendre. », Loïc Picard, journaliste.