Sri Lanka: Cameron invite la question tamoule au sommet du Commonwealth

12 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Le Premier ministre britannique David Cameron s’est rendu ce vendredi dans le nord du Sri Lanka, théâtre pendant des décennies d’une guerre civile. Il est le premier dirigeant étranger à s’y rendre.

Son convoi a été brièvement bloqué par des femmes tamoules ayant perdu des proches durant le conflit. Elles voulaient attirer l’attention du chef du gouvernement britannique sur la situation dans la région.

Les revendications séparatistes tamoules ont été réprimées dans le sang par l’armée. En 2009, les autorités ont annoncé la fin de la guerre. Mais la population tamoule se dit toujours victime de discrimination.

Le Premier ministre britannique David Cameron y a fait référence dans une interview ce jeudi à la veille de son arrivée au Sri Lanka.

“Il y a des questions très sérieuses qui attendent des réponses, a-t-il déclaré. Notamment la question des violations des droits de l’homme au Sri Lanka, le fait que tant de personnes aient disparu, le fait qu’il n’y ait pas de règles garantissant la liberté de la presse.
Autre question en suspens : les conditions dans lesquelles la guerre s’est terminée, on se souvient des images épouvantables vues à la télévision de ces milliers de civils innocents tués à la fin de la guerre”.

C’est dans ce contexte que se tient le sommet du Commonwealth, à Colombo, la capitale. Le Sri Lanka est une ancienne colonie britannique.

Les hôtes sri-lankais veulent faire de ce rendez-vous, une vitrine du renouveau du pays.
C’est en partie raté.

Plusieurs pays (le Canada, l’Inde et l‘île Maurice) n’ont envoyé aucun représentant à ce sommet. Un boycott pour dénoncer la situation des droits de l’homme.

La reine d’Angleterre est, pour la première fois représentée par son fils, le prince Charles.

Le sommet s’achèvera ce dimanche.

0 commentaire