L'Iran multiplie les gages de bonne volonté

Découvrir le nouveau player
euronews (en français)
2,3K
60 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
C’est probablement un signe d’ouverture. L’Iran se dit prêt à user de son influence pour encourager les combattants étrangers à quitter la Syrie. Allusion sans doute à son allié du Hezbollah libanais dont les membres se battent aux côtés de l’armée syrienne, une présence dénoncée depuis longtemps.

Autre signe d’ouverture, cette fois sur le dossier controversé du nucléaire. Le chef de la diplomatie iranienne se dit convaincu qu’un accord est possible dès cette semaine.
L’Iran et les grandes puissances se retouvent jeudi à Genève pour de nouvelles discussions.
Deuxième réunion depuis l‘élection en juin du modéré Hassan Rohani à la présidence iranienne.

Yukiya Amano, le chef de l’AIEA, l’Agence internationale de l‘énergie atomique est attendu à Téhéran le 11 novembre, une visite pendant laquelle un accord pourrait être signé.

Les Occidentaux et Israël sont déterminés à stopper le programme iranien d’enrichissement d’uranium, soupçonné d‘être destiné à fabriquer une arme atomique, ce que nie Téhéran qui revendique son droit au nucléaire civil.

0 commentaire