Advertising Console

    Turquie : Egemen Bagis impatient de reprendre les négociations avec l'Europe

    Reposter
    euronews (en français)

    par euronews (en français)

    3,2K
    17 vues
    Voilà trois ans que les négociations entre la Turquie et l’Union européenne n’avaient pas avancé d’un pouce. Ce mardi, les pourparlers d’adhésion reprendront prudemment. La Commission européenne l’a souhaité et les Etats-membres ont suivi. Et bien que le processus s’annonce encore tortueux, notre correspondant est allé recueillir la réaction du négociateur en chef côté turc, le ministre Egemen Bagis.

    “ Désormais, avec la France qui ne fait plus obstacle, nous ouvrons un nouveau chapitre de négotiations, le numéro 22, sur la politique régionale”, se félicite le ministre. “ En fait, s’il n’y avait pas d’obstacles poltiques, nous aurions pu ouvrir 12 des 16 chapitres qui sont bloqués, et ce en peu de temps. Nous avons même suffisamment avancé pour clore certains chapitres. Mais tant que nous avons le problème de Chypre et des obstacles politiques, il y aura des problèmes dans le processus de négotiation. Néanmoins, nous prenons les mesures nécessaires comme s’il n’y avait pas d’obstacles. L’Union européenne a rendu public son dernier rapport avant l’ouverture de ce nouveau chapitre. C‘était le 16 Octobre. La première version de ce rapport était très négative, très pessimiste and très partiale vis-à-vis de la Turquie. Mais avec nos propositions sur la démocratisation de la société présentées le 30 Septembre par notre Premier Ministre, les jeux de certains contre la Turquie ont été déjoués. La Turquie a prouvé au monde entier sa détermination à oeuvrer pour la démocratie et la transparence. “

    Si beaucoup de chapitres de négociations ont été bloqués jusqu’ici, c’est parce que la Turquie ne reconnaît pas la République de Chypre et occupe la partie nord de l‘île. La question de la réunification sera de nouveau sur la table prochainement.

    “ A la fin de cette année, nous espérons avoir un nouveau plan pour Chypre. Ils pourraient essayer d’obtenir un consensus sur certains points du plan Annan que les deux parties ont rejeté, mais j’espère qu’il y aura un nouveau plan et qu’il sera soumis à un référendum durant les premiers mois de l’année 2014 dans les deux parties de l‘île. Si les référendums conduisent à un consensus simultané dans la partie grecque et la partie turque de Chypre, les obstacles auxquels la Turquie fait face tomberont et 14 des16 chapitres bloqués pourront immédiatement être ouverts parce que la raison de leur blocage aura disparu. Nous allons poursuivre nos réformes. Pour nous, l’adhésion est importante “ , martèle Bagis.

    Dans son dernier rapport Bruxelles a salué les progrès accomplis par la Turquie mais la violente répression du mouvement de contestation civile cet été a marqué les esprits. Le gouvernement assure, lui, vouloir maintenir le cap des réformes.

    “ Chaque nation a besoin de réformes, même si elle est démocratique, transparente et riche, afin de vivre avec son époque “ , justifie Egemen Bagis. “ Il y a des mesures en préparation pour la minorité alaouite, des efforts sont en cours sur les relations entre les pouvoirs militaires et civils. Nous travaillons sur la liberté d’expression, nous avons fait passer quatre ensembles de mesures sur la justice. Il en faudra peut-être un cinquième. Dans de nombreux domaines, la démocratisation devrait se poursuivre. Il est important pour nous de rattraper les standards démocratiques en Europe, mais n’oubliez pas qu’il a fallu des années pour accomplir cela. “