Géorgie : Bruxelles met en garde contre une justice sélective

7 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
La Géorgie a élu un nouveau président qui prendra ses fonctions mi-novembre, mais le chef de l’Etat sortant a déjà quitté le palais présidentiel et réintégré son appartement. Une transition en douceur donc, dix ans après l’arrivée au pouvoir du pro-occidental Mikhaïl Saakachvili, venu une dernière fois représenter son pays à Bruxelles.

“ Je porte toujours ces mots de Winston Churchill avec ma croix : ne jamais, jamais renoncer. Donc nous ne renoncerons jamais à l’Europe “, a-t-il martelé.

Celui qui fut l’artisan du rapprochement avec l’Union européenne a vu son image ternie, notamment par la répression de manifestations, et le camp adverse ne cache pas son intention de le poursuivre en justice. D’où la mise en garde du président de la Commission :

“ Il y a parfois des dirigeants controversés. Mais dans les démocraties, on fait son choix. La Géorgie est plus forte, plus moderne, et espérons-le, plus démocratique aussi. Continuons de travailler pour que la Géorgie soit plus proche de l’Union européenne. “

José Manuel Barroso a ainsi appelé le Premier ministre et le nouveau président, tous deux issus du mouvement d’opposition Rêve géorgien, à ne pas instrumentaliser la justice.

0 commentaire