Marseille : la maison régionale de Santé Paul Paret inaugurée

99 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
C’est avec fierté et même une certaine solennité que Michel Vauzelle a découvert lundi la plaque instituant le centre Paul Paret centre Régional de sante. Créé en 1963 par deux médecins mutualistes, le centre Paul Paret fait depuis figure de référence en matière de médecine de proximité dans les quartiers nord de Marseille.
Mais les difficultés qui ont traversé le mouvement mutualiste ces dernières années et les menaces qui ont pesé sur l’activité du Grand Conseil de la Mutualité ont fait craindre le pire sur l’existence même des centres de santé mutualistes et en particulier celui-là.
Dès l’annonce des difficultés, d’ailleurs, un comité de soutien s’était constitué regroupant les salariés mutualistes, les élus de gauche, et en particulier le vice président communiste du conseil Régional, Jean Marc Coppola et des groupes d’habitants des quartier concernés.
Plus de deux ans plus tard, et deux mois après le redressement judiciaire du Grand conseil de la Mutualité prononcé par le TGI, la Région PACA intégrait Paul Paret dans sa politique de soutien à la santé de proximité et lui octroyait le label Maison Régionale de santé.
Au passage la Région a investi 230.000 euros dans la modernisation du centre et sa remise aux normes et 80.000 euros pour l’acquisition de matériel médical .
Lundi matin, donc, médecins, salariés mutualistes, usagers, et élus s’étaient réunis pour célébrer ensemble cette renaissance.
Le président de la Région s’est aussi entretenu avec les représentant CGT du personnel à qui il a rendu hommage pour le combat qu’ils ont mené et qui a permis le maintien de l’activité du centre de santé.
La CGT qui était venue « pour célébrer l’inauguration du centre Paul Paret comme centre Régional de santé, déclarait pour sa part Hélène Honde. La CGT entendait par la même occasion rappelait à tous les engagement pris pour la pérennité des centres de santé. Et en particulier à l’Agence Régionale de Santé : « Aujourd’hui la santé est la responsabilité du gouvernement, rappelle-t-elle et c’est bien à eux, ARS et gouvernement de créer les conditions de la pérennité du Grand Conseil de la Mutualité. L’ensemble des centres de santé correspondent aux besoins des populations. Nous attendons qu’au delà des paroles le gouvernement agisse pour maintenir ses structures et pour répondre aux besoin et maintenir l’emploi ».
©Infos-Marseille.fr

0 commentaire