Advertising Console

    L'agglo sans mon auto : la fin d'une saison, pas d'une série !

    Repost
    Cergy-Pontoise

    par Cergy-Pontoise

    20
    275 vues
    Après le succès en 2012 de l’opération « L’agglo sans mon auto », la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise a décidé de la reconduire en 2013. Quatre participants qui, en réorganisant leurs modes de déplacement quotidiens, ont pu se passer de leur voiture pendant un mois. Marche, bus, train, vélo ou encore autopartage, nos quatre participants ont-ils réussi à relever ce challenge ?
    Durant ces quatre semaines, les participants furent suivis et conseillés dans leurs déplacements par un parrain ou une marraine, acteur de la mobilité à Cergy-Pontoise et partenaire de l’opération « L’agglo sans mon auto ». Mais vous, seriez-vous prêts à vous passer de votre voiture pendant un mois ?
    Muriel, Carlos, Sarah et Adriana : nous avons suivi ces quatre volontaires dans leurs déplacements domicile-travail et, après un premier moment d’adaptation, certains avantages sont rapidement apparus.
    En adoptant de nouvelles habitudes, Sarah prend conscience qu’elle prenait la voiture par automatisme pour tous ses trajets. Aujourd’hui, et après seulement 15 minutes pour arriver au travail en bus, son comportement a changé.
    Adriana, qui habite Paris, prend le bus, le RER et le vélo, une intermodalité des modes de transports appréciée et qui se déroule sans encombre.
    L’opération terminée, la voiture de nos participants peut pratiquement rester au garage, preuve qu’il est possible de se passer de son véhicule individuel. Un budget transport divisé par 8 sur 1 mois pour Adriana, une réduction d’émission de 20kg de CO2 sur 2 semaines pour Carlos et, même si le temps de parcours de Muriel est plus élevé, elle reste convaincue et continue d’utiliser les modes alternatifs de déplacement.
    De nouveau, l’expérience a montré que se déplacer sans son auto demande des ajustements. Les solutions existent et doivent être consolidées pour garantir une transition douce vers de nouveaux modes de transport. Mais, après une premier période d’adaptation, de nouvelles habitudes sont très vite prises car voyager autrement c’est possible et même souvent agréable. Alors, à chacun de nous de tenter l’expérience de penser et réorganiser ses déplacements.