Advertising Console

    Marseille : le dossier irrespirable de la L2

    Repost
    infos-marseille

    par infos-marseille

    21
    115 vues
    C’est finalement le 7 octobre prochain que devrait être signé le Partenariat Public Privé (PPP). L’info n’émane pas du ministère des Transports mais elle a été livrée par le vice président (Front de Gauche) du conseil Régional Jean Marc Coppola, en marge d’une conférence de presse du collectif anti-nuisance L2 (CAN L2).
    Et de fait à moins d’un mois de cette signature entre les pouvoirs publics et le consortium d’entreprises piloté par Bouygues, les associations de quartiers ne cessent d’alerter les populations sur quelques questions de poids qui ne sont toujours pas réglés.
    Ainsi, Depuis plusieurs années maintenant le CAN L2 milite, chiffres à l’appui pour la mise en place d’un système de filtration permettant la récupération et le traitement de l’air pollué. Au passage le collectif rappelle que la réglementation européenne exige ce système et que l’ADEME en fait la recommandation.
    « La pollution aux particules fines est particulièrement pathogène », note Richard Hardouin, le président du collectif, qui avance le chiffre de 200 morts par an liés à a pollution, et un coup sur la santé qui a été chiffré à 800 € par habitant.
    Le plus aberrant dans l’histoire c’est que cette mobilisation citoyenne n’a d’autre but que de faire respecter la loi. « Nous ne demandons rien d’autre que l’application de la loi, confirme Richard Hardouin, l’application du Plan de Protection de l’Atmosphère 13 et la maitrise des flux routiers telle que le décrit l’action 10 du PPA13. Il faut que le décret d’application soit réalisé concrètement et mis en œuvre rapidement ».
    En réalité, le PPA 13 validé par la préfecture est pour l’instant lettre morte. « le contrat va être signé le 7 octobre et rien n’est pris en compte pour la maitrise de la pollution par les particules fines, s’étonne le CAN L2. Financièrement, l’usine de filtration que nous réclamons ne coûte que 2 millions d’€, à savoir 1 million pour la réalisation et 1 autre pour la maintenance sur trente ans. Au regard des 200 millions que va coûter le tunnel Montolivet-Bois-Luzy, ça n’est pas grand-chose. C’est d’autant moins défendable d’un point de vue économique que les pénalités que la France devra payer à l’Europe seront sans commune mesure».
    ©Infos-Marseille.fr