Advertising Console

    "Jeune et jolie", quand François Ozon se place sous le signe d'Arthur Rimbaud

    Reposter
    Les Echos

    par Les Echos

    523
    64 462 vues
    Présenté au Festival de Cannes il y a quelques mois, le dernier fim de François Ozon qui retrace l'histoire d'une adolescente des beaux quartiers qui décide de se prostituer, n'a laissé personne de marbre. La critique de Thierry Gandillot. Présenté au Festival de Cannes il y a quelques mois, le dernier fim de François Ozon qui retrace l'histoire d'une adolescente des beaux quartiers qui décide de se prostituer, n'a laissé personne de marbre. La critique de Thierry Gandillot.