Station d'épuration : la chasse aux micropolluants est lancée

Découvrir le nouveau player
actu-environnement
47
85 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
http://www.actu-environnement.com/ae/news/step-micropolluant-ozonation-17231.php4

Contrainte de s'agrandir pour atteindre une capacité de 50.000 EH, la station d'épuration des Bouillides à Sophia Antipolis a profité de l'occasion pour mettre en place un traitement des eaux usées par ozonation en remplacement d'une simple désinfection par chloration finale. L'ozonation, comme le charbon actif ou l'osmose inverse, fait partie des technologies capables d'éliminer les micropolluants comme les composés pharmaceutiques, les pesticides ou les produits cosmétiques.

41 substances dites prioritaires ou dangereuses prioritaires

Pas de garanties chiffrées Les micropolluants sont des substances organiques ou minérales toxiques dont l'accumulation impacte le milieu et les organismes. Ces substances, rejetées par différents secteurs d'activité, se retrouvent dans les eaux usées traitées par les stations d'épuration. Or, à ce jour, compte tenu de la difficultés d'éliminer ces micropolluants du fait de leur multiplicité, les Step n'ont aucune obligation de donner des garanties chiffrées de leur élimination en sortie.

Cette extension, prise en charge par Degrémont, est une première en France. Aucune usine française ne s'était encore équipée d'une filière conçue pour éliminer les micropolluants de l'eau. Sur le plan européen, seule la Suisse s'était positionnée en précurseur dans la prise en compte de cette problématique qui devient un enjeu de santé publique.

En s'y adaptant également, la France anticipe une réglementation qui sera sans doute contraignante. Déjà depuis 2009, la Directive-cadre Européenne sur l'Eau impose aux stations d'épuration de quantifier les micropolluants rejetés à la sortie. L'Europe a listé 41 substances dites prioritaires ou dangereuses prioritaires qui doivent être réduites ou éliminées du milieu d'ici 2015 et 2021 selon leur dangerosité. La mise à contribution des usines de traitement des eaux dans l'identification des micropolluants est un dispositif fondamental qui permettrait de les éliminer en amont au niveau industriel.

Marie Jo Sader

0 commentaire