Advertising Console

    Alain Souchon-Au ras des paquerettes

    Repost
    Aldebaran333

    par Aldebaran333

    127
    935 vues
    La chanson qui a donné son titre à l’album d’Alain Souchon sorti en 1999 Curieusement comme l’artiste le reconnaît lui-même elle est passé plutôt innaperçue Elle est pourtant digne d'interêt selon moi : Laurent Voulzy a composé une musique très aérienne d’inspiration new age (sonorité que j’ai conservée au piano) qui colle parfaitement avec les mots d’Alain Souchon « Si l’amour est une mongolfière… »
    Une chanson dont les derniers mots sont un clin d'Oeil à Julien Clerc et David Mac Neel qui avaient aussi évoqué deux ans plus tôt les charmes de Sophie Marceau dans "Assez... assez "

    Sans ce penchant pour une personne
    L'être aimé
    Sans les ailes que ça vous donne
    D'être aimé
    On reste au ras des pâquerettes
    Au ras des pâquerettes
    Sans cette attirance qui plane
    Sur le monde
    Dont on est toxicomane
    Tout le monde
    On reste au ras des pâquerettes
    Au ras des pâquerettes
    L'envie de voler si légitime
    Passe par des moments intimes
    Sans les mots de jalousie
    Les bagarres
    Mouchoirs lancés des trains partis
    Dans les gares
    On reste au ras des pâquerettes
    Au ras des pâquerettes

    {Refrain:}
    Si l'amour est une montgolfière
    La vie un voyage pas long à faire
    Montons au-dessus des villes des campagnes
    Sous l'effet de nos baisers de propane
    Coeurs légers coeurs légers dans les nacelles
    Les amoureux volent dans le ciel
    Laissant en bas les coeurs lourds
    De ceux qui n'ont pas d'amour

    La vie sans l'amour et ses délices
    Qu'en est-il
    C'est comme un avion sans hélice
    Inutile
    On reste au ras des pâquerettes
    Au ras des pâquerettes

    {au Refrain}

    Sans les mots d'amour chéris
    Adorables
    Laissés sur les messageries
    Des portables
    Sans les ballons dans nos berceaux
    Qui s'envolaient
    Sans les seins de Sophie Marceau
    Qu'est-ce qu'on fait
    On reste On reste On reste