CHAPRON, Françoise - L'envoûté éternel.

51 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
à Antonin Artaud
(1896 – 1948)

Artaud demande un jour à Paule Thévenin*
si elle croit aux "envoûtements".

Elle répondra à cette question dans une interview
en disant que « la solution pour lui avait été l’internement
et que "Oui, elle croyait aux envoûtements"
parce que ce que la société a infligé à Artaud
était une forme d’envoûtement ».

La dernière page du cahier 406, datée de mars 1948,
sans doute rédigée très peu de temps avant sa mort à Ivry
est fascinante. Une ultime phrase :
« Le même personnage revient chaque matin
accomplir sa révoltante criminelle et assassine sinistre fonction qui est de maintenir l’envoûtement sur moi,
de continuer à faire de moi cet envoûté éternel etc etc. ».

Dévale les étoiles, roule dans l'absolu
Repeint ton âme aux couleurs de lumière
Pose ton sac, ta démence s'est tue
Ta soli-lassitude a quitté sa tanière.

Ta peau pendante comme un habit trop vaste
Tes yeux de fauve blessé où la folie s'attarde
Ton corps fripé, tordu par les courants néfastes
Aiguilles plantées en toi comme des échardes.

La vie et la camarde doivent cohabiter
L'étroit chemin de terre était d'un ocre sale
Folles étaient les herbes, aux ronces entremêlées,
Un vieux cheval tirait la charrette bancale.

Les roues qui grinçaient dans le petit matin
Secouaient ta chair s'en allant vers l'oubli
Toi qui ne pus jamais te frayer le chemin
Qui aurait libéré ton cerveau obscurci.

Tu disais « Pour mourir, il faut être né »
Tu voulais être pour nous « cet envoûté éternel »
Et ton esprit si lucide et si désemparé
Parfois encore nous hante et nous appelle.
© Françoise CHAPRON

Illustration :
Antonin Artaud, painted portrait DDC_2833,
photo : thierry ehrmann – Abode of Chaos, 20 avril 2012.
Sous licence CC BY 2.0
http://www.flickr.com/photos/home_of_chaos/6950124272/

Le collectionneur breton d'art contemporain Marcel Brient
a acheté cet autoportrait, dessin d’Antonin Artaud
(décembre 1946), 2.136.750 euros (+ de 2,900,000 $CAN), jeudi le 5 avril 2012, chez Sotheby's à Paris.

Pour lui, "Cet autoportrait est l'ultime de ce que la France avait de génie absolu. Je possède le portrait de Rimbaud
sur son lit de mort, à Marseille, dessiné par sa sœur Isabelle. Je voulais voir les deux œuvres réunies. Quand vous voyez les yeux de Rimbaud, vous songez à ceux d'Antonin Artaud", poursuit Marcel Brient.

Georges CHARBONNIER présente ‘Eloge de la folie d'Antonin ARTAUD’, dix ans après sa mort, le 5 mars 1958, sur la RTF (Radiodiffusion - Télévision française).
Durée 1h38m49s.
"Est-ce qu’on est fou quand on veut aller jusqu’au bout de quelque chose ? ".
http://www.ina.fr/audio/PHD98048311/10eme-anniversaire-de-la-mort-d-antonin-artaud-audio.html

* Paule Thévenin (1918 – 1993) sera « le compagnon le plus extraordinaire, en vouant littéralement sa vie, dans un anonymat presque entier, à l'édition des Œuvres complètes d’Antonin Artaud dont le point final devait toujours reculer à mesure qu'elle avançait ».

0 commentaire