La Divina Fatalidad de las cosas

andré landrain
6
79 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
La Divina Fatalidad de las cosas
José Flórez et Beatriz Vélez
30 juillet 2013,place de Strasbourg, Nanterre
Création pour Paris quartier d’été
Quand José Flórez danse, c’est sans garde-fou et pas pour faire joli, c’est une question de vie et de mort. Élevé dans la violence des rues de Medellín, il a trouvé dans la danse le moyen de son salut.
“Chaque fois que je me lance dans une chorégraphie, je me lance dans une bataille, une guerre et un combat avec l’amour, la vie et la mort... où je veux pousser tout mon être à ses limites physiques, intellectuelles et émotionnelles. Pour moi, c’est ça. Je suis ça. Je suis d’où je viens, et je suis pour le monde.”

0 commentaire