OM : Vincent Labrune répond à la presse, un peu

Découvrir le nouveau player
infos-marseille
17
221 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Le plus difficile à l’OM –mais pas seulement, me direz-vous- c’est de trouver le bon responsable au bon moment. Mardi Matin, à la Commanderie, les journalistes, toujours inquiets du « règlement - muselière » qui leur pend déjà sur le bout du nez, se disaient qu’ils allaient trouver en Vincent Labrune, la personne idoine pour répondre à leurs questions.
C’était vrai…en partie seulement!
Le président de l’OM était venu, entouré de José Anigo, Elie Baup et Giannelli Imbula, nous présenter la nouvelle recrue marseillaise.
Il en a fait juste ce qu’il fallait, pour expliquer qu’il ne s’attendait pas à ce qu’on lui pose la question (…) mais que puisque c’était fait et qu’on n’avait pas l’intention à l’OM de bâillonner la presse », il allait y répondre.
Il est vrai que depuis quelques temps, les conférences de presse sont diffusées en direct par le site officiel du club et que ne pas y répondre aurait pu passer pour de l’embarras.
Mais là, pas du tout.
Ce règlement intérieur que les journalistes considèrent comme une atteinte au droit d’informer n’est en réalité, selon Vincent Labrune qu’une « proposition de réorganisation de (nos) relations avec les média » concoctée par « Philippe Perez, directeur Général de l’OM et Luc Laboz directeur de la communication, des gens responsables et en qui j’ai toute confiance. »
En gros, on comprendra que le président de l’OM connaît bien les grandes lignes du texte, mais que période des transferts oblige il n’a pas lu le texte dans les détails ; qu’il s’agit d’un « document provisoire qui sera appliqué en concertation avec les journalistes et que d’ailleurs Luc Laboz recevait mardi après-midi le représentant national de l’Union des Journalistes sportifs de France, Jean Marc Michel.
Pour autant si certains avait parlé de « cirque » lors des épisodes précédents, Vincent Labrune se refuse à considérer qu’il s’agit d’une tempête dans un verre d’eau et comprend l’inquiétude des journalistes.
Dans ces conditions nul doute, que le fameux texte sera abandonné pour laisser place à une discussion sereine sur les relations obligatoirement cordiales entre l’OM et les journalistes qui travaillent pour porter sur l’OM quotidiennement un regard indépendant, et apporter au sein de ce club un peu de ce doute qui fait souvent avancer…
©Infos-Marseille.fr

0 commentaire