Stockage de l'information dans l'ADN

Ircam

par Ircam

109
321 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Intervenant : Christophe Dessimoz
La quantité d’information produite par les êtres humains que l’on veut stocker augmente de façon exponentielle. Le besoin s’accroît aussi pour l’archivage des informations numériques, mais à présent aucune solution à long terme n’est aujourd’hui mise en place. Ceci parce que tous les médias de stockage numérique actuels nécessitent un cycle constant de rafraîchissement, à la fois pour le moyen de stockage et pour le matériel dédié à l’écriture et à la lecture.

L’avancée récente des technologies inspirées par les sciences du génome nous a conduits à étudier la possibilité d’utiliser l’ADN comme moyen d’archives numériques. L’ADN a, en 3 milliards d’années, prouvé qu’il est un support stable d’information, avec des molécules individuelles de 10 000 ans régulièrement retrouvées sur des échantillons historiques. Des conditions sûres de stockage d’ADN sont facilement maintenables à bas prix et la capacité de lire des fragments survivra certainement aussi longtemps qu’il y aura des chercheurs étudiant le génome des organismes vivants.

Dans notre expérience de validation, nous avons montré comment des technologies d’ADN existantes pourraient être utilisées pour stocker et récupérer approximativement 750Kb d’informations numériques d’une manière qui pourrait être extrapolée à des échelles globales de données. Nous avons incorporé des méthodes modernes telles que les codes correcteurs d’erreur pour l’intégrité des données. Cette conférence décrira cette expérience et spéculera sur l’avenir de l’ADN comme stockage numérique.

Vendredi 14 juin à 14h30, Sacem, Auditorium Debussy-Ravel

Dans le cadre de ManiFeste-2013. Répliques Art-Science. Postérité, devenir, oubli : l’œuvre du numérique (12-14 juin 2013) | http://manifeste2013.ircam.fr/repliques/
© Ircam, 2013

0 commentaire