Le discours du président Barack Obama sur homosexualité au Sénégal devant Macky Sall

Super_Resistence

με Super_Resistence

2,3K
425 προβολές
Sénégal : quand Barack Obama et Macky Sall parlent d’homosexualité

Sur le parvis arrière du palais présidentiel du Sénégal, à Dakar, Barack Obama et Macky Sall, le président sénégalais, ont échangé des amabilités après un long entretien d’une heure et 45 minutes, le 27 juin. Barack Obama a résumé ces discussions en plaçant dans son discours quelques mots de wolof, ce qui n’a pas manqué de séduire au Sénégal.

Les questions des quelque 300 journalistes présents ne pouvaient pas être posées librement, mais avaient été sélectionnées à l’avance. Ce processus a permis à seulement deux journalistes sénégalais et deux journalistes américains de poser quelques salves de questions chacun.

Interrogé sur les droits des homosexuels, Barack Obama a mis les pieds dans le plat, abordant un sujet sensible en Afrique, où l’homosexualité est un délit passible de prison dans plusieurs pays, dont le Sénégal.

« Je ne crois pas à la discrimination, quelle qu’elle soit, c’est mon point de vue personnel. Je viens d’un pays où les gens n’ont pas été traités de manière égale, et il a fallu le combat pour les droits civiques pour atteindre l’égalité. Le principe de non discrimination s’applique de manière universelle. La bonne nouvelle, c’est qu’il est facile de s’en rappeler : traitez les gens de la manière dont vous voulez être traité vous-même ! »

Macky Sall n’a pas seulement répliqué à la plaidoirie de Barack Obama par une position claire et nette, alors que les polémiques se multiplient dans son pays au sujet des homosexuels et de la politique à adopter.

« Fondamentalement, c’est une question de société. Il ne saurait y avoir un modèle fixe dans tous les pays. Les cultures sont différentes, tout comme les religions et les traditions.

Même dans les pays où il y a dépénalisation de l’homosexualité, les avis ne sont pas partagés. Le Sénégal est un pays tolérant : on ne dit pas à quelqu’un qu’il n’aura pas de travail parce qu’il est homosexuel. Mais on n’est pas prêt à dépénaliser l’homosexualité. C’est l’option pour le moment, tout en respectant les droits des homosexuels.

Nous ne sommes pas homophobes au Sénégal. La société doit prendre le temps de traiter ces questions sans pression ».

Le président du Sénégal a aussi marqué un point auprès de son opinion, en répliquant à Barack Obama que certains pays avaient toujours la peine de mort – sans nommer les Etats-Unis – alors que le Sénégal l’a abolie, mais « respecte le choix » des autres nations.