Advertising Console

    Jacques Brel-Les Marquises

    Repost
    Aldebaran333

    par Aldebaran333

    127
    3 894 vues
    "Dans ces îles ou la solitude est totale j'ai trouvé une sorte de paix" écrivait Jacques Brel à propos des îles Marquises: ces îles du bout du monde situées dans le Pacifique au Nord de la Polynésie française Il passa en effet les dernières années de sa vie à Atuona dans l'île de Hiva Oa, partageant le quotidien des habitants : pilote-privé il fait l’avion-taxi pour leur rendre service !
    En 1977 Jacques Brel malade vient à Paris enregistrer ce qui sera son chant du cygne : son dernier album dont la chanson « les marquises » clot l’album et la carrière de l’artiste
    Une chanson construite sur un obsédant ostinato de cordes qui j’ai relevé ici au piano
    Le reste de l’orchestre ajoute un peu de lyrisme à partir du second piano et j’espère pouvoir le relever bientôt sous la forme d’un second piano que j’ajouterai : cette version que je vous propose ici n’est qu’encore qu’une esquisse !

    Ils parlent de la mort comme tu parles d´un fruit
    Ils regardent la mer comme tu regardes un puits
    Les femmes sont lascives au soleil redouté
    Et s´il n´y a pas d´hiver, cela n´est pas l´été
    La pluie est traversière, elle bat de grain en grain
    Quelques vieux chevaux blancs qui fredonnent Gauguin
    Et par manque de brise, le temps s´immobilise
    Aux Marquises

    Du soir, montent des feux et des points de silence
    Qui vont s´élargissant, et la lune s´avance
    Et la mer se déchire, infiniment brisée
    Par des rochers qui prirent des prénoms affolés
    Et puis, plus loin, des chiens, des chants de repentance
    Et quelques pas de deux et quelques pas de danse
    Et la nuit est soumise et l´alizé se brise
    Aux Marquises

    Le rire est dans le cœur, le mot dans le regard
    Le cœur est voyageur, l´avenir est au hasard
    Et passent des cocotiers qui écrivent des chants d´amour
    Que les sœurs d´alentour ignorent d´ignorer
    Les pirogues s´en vont, les pirogues s´en viennent
    Et mes souvenirs deviennent ce que les vieux en font
    Veux-tu que je te dise : gémir n´est pas de mise
    Aux Marquises