Nathalie Kosciusko-Morizet :"Du côté de Mme Hidalgo, on a choisi de pratiquer le système de l’héritage, du dauphinat."

Public Sénat
1,1K
270 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
L'invité politique
Ce matin, à 8h15 sur Radio Classique et Public Sénat,
Nathalie Kosciusko-Morizet, députée-maire de Longjumeau et candidate à la mairie de Paris
Invitée de Guillaume Durand et Michael Szames

Extraits

A propos de son projet pour Paris :
« Je pense à la fois qu’une ville peut et doit plus donner à ses habitants sur tous les sujets du quotidien : la sécurité, le logement, la propreté, les déplacements. Et puis je crois aussi qu’une capitale a un certain nombre de responsabilités, au-delà même [du fait] que c’est une ville : on doit retrouver un forme de fierté de Paris,(…) [c’est-à-dire] son rayonnement économique et culturel. »

A propos du bilan de Bertrand Delanoë :
« Il y a au moins trois sujets sur lesquels je trouve qu’on doit dire des choses fortes. Il y a la sécurité. Le Maire de Paris se cache derrière le fait qu’il n’a pas les pouvoirs de police juridiquement, ça ne veut pas dire qu’il ne peut rien faire en matière de sécurité, or il ne fait rien. (…) Il y a les impôts : plus 40% de frais de fonctionnement, plus 25% de personnel de la mairie, plus 70% du train de vie, ce n’est pas possible. (…) Il y a des sujets sur lesquels je trouve qu’une ville doit savoir résister au pouvoir central plutôt que de le suivre (…) quitte à faire de ses habitants des cobayes, par exemple sur les rythmes scolaires. »

A propos de la nouvelle loi sur le redécoupage électoral :
« Le Conseil constitutionnel a déjà été saisi, a constaté le tripatouillage, et a annulé une première fois. (…) La gauche s’apprête à refaire la même chose en plus grand. (…) On ne change pas les règles du jeu à un an de l’élection ! (…) Nous ce qu’on dit, c’est que tant qu’à faire, changeons-les pour plus de clarté et plus de démocratie, profitons-en pour avoir le même scrutin que dans toutes les communes de France, c’est-à-dire un scrutin direct. »

A propos de la sécurité à Paris :
« Aujourd’hui, on a des sommes considérables qui sont versées par la Ville, donc par les impôts, à la Préfecture de police. (…) La Ville demande que les personnels qui sont financés de cette manière-là soient concentrés exclusivement sur les amendes de stationnement. (…) Au lieu de les utiliser [de cette manière], utilisons-la pour des personnels véritablement concentrés sur les questions de sécurité. (…) Réinvestissons dans la vidéosurveillance. Aujourd’hui on a un nombre de caméras par habitant très inférieur à celui de Londres, ce n’est pas raisonnable. Je ne dis pas que ça résout tous les problèmes mais c’est un outil. »

A propos d’Anne Hidalgo :
« Il y a des gens qui n’aiment pas le suffrage universel. (…) Du côté de Mme Hidalgo, on a choisi de pratiquer le système de l’héritage, du dauphinat. (…) Je suis heureuse d’avoir été choisie dans un autre processus. »

0 commentaire