Advertising Console

    La ville a les moyens d'investir

    Reposter
    Ville de caen LSF

    par Ville de caen LSF

    1
    25 vues
    Le Conseil municipal du 6 mai dernier était en partie consacré au compte-rendu des dépenses et recettes de la Ville en 2012. Conclusion : la Ville de Caen maîtrise son budget, ce qui lui permet de poursuivre ses investissements. Les espaces publics des Rives de l’Orne ont été aménagés par la Ville de Caen. Ces travaux vont se poursuivre, dans un premier temps jusque fin 2013, avec l’élargissement du pont Churchill.

    Le 6 mai 2013. Après plusieurs heures de discussion, le compte administratif (voir encadré) est voté à l’unanimité. Principal point positif : les dépenses (+ 1,5 %) augmentent moins que les recettes (+ 1,6 %). La Ville garde ainsi une marge de manoeuvre pour ses investissements. Ce que Marc Levilly, maire-adjoint aux Finances, résume ainsi : « C’est la rigueur qui permet d’éviter l’austérité.»

    Une dette en baisse

    Autrement dit, une gestion rigoureuse du budget de la Ville rend possibles les investissements, essentiels pour l’attractivité de la ville et la modernisation des équipements publics
    mais aussi pour le maintien de l’activité économique locale. La stratégie budgétaire de la Ville a aussi permis de réduire son niveau d’endettement. « En cinq ans, la dette est passée de 107 millions d’euros à 97 millions », analyse l’élu. Caen a ainsi un taux d’endettement par habitant de 863 €, inférieur à la moyenne des villes de même superficie, de l’ordre de 1 100 €.

    Pas de petites économies

    Afin de parvenir à ce solide équilibre financier, la Ville de Caen a fait particulièrement attention à ses dépenses. En 2010, un travail de fond a été engagé pour réduire « de 5 % » les dépenses
    de fonctionnement courantes, malgré un contexte économique difficile. Des groupements d’achats et des solutions de mutualisation (Ville / CCAS / Agglomération) ont permis de faire des économies,
    tout comme la reprise en interne du dégraffitage ou du nettoyage des locaux sportifs. Des économies ont aussi été réalisées sur le parc automobile : baisse du nombre de voitures et du nombre de kilomètres parcourus. L’objectif étant d’économiser sans sacrifier les services rendus aux citoyens.

    Capacité d’autofinancement pour les projets

    Pour 2012, cette rigueur sur les dépenses de fonctionnement a permis à la Ville de dégager une capacité d’autofinancement de 20,4 millions d’euros, niveau qui, après perception des subventions et dotations d’investissement, permet de financer les investissements réalisés en 2012 ou encore ceux prévus en 2013. « Depuis le début du mandat, nous avons ainsi investi 132 millions d’euros, situe Marc Levilly. C’est en comparaison 30 % de plus que le mandat précédentà la même période.» Ces investissements se retrouvent dans les grands chantiers de la ville comme l’aménagement des Rives de l’Orne, mais aussi dans les services de proximité apportés aux habitants : renouvellement urbain des quartiers, construction de logements sociaux, création de 4 Pôles de vie des quartiers, modernisation des écoles et des
    équipements sportifs…