Benoist Apparu : " Si demain François Hollande prend les bonnes décisions (...) en appliquant plutôt notre programme [des retraites] que le sien, je ne vais surtout pas m’en plaindre !"

Public Sénat
1,1K
78 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
L'invité politique
Le 5 juin 2013 à 8h15 sur Public Sénat et Radio Classique,
Benoist Apparu, député UMP de la Marne
Invité de Perrine Tarneaud et Guillaume Durand

Extraits

A propos de la victoire de NKM et de ses potentielles ambitions pour 2017 :
« C’est une bonne nouvelle pour la droite, (…) parce qu’on a réussi avec ce résultat à couper court à un début de polémique sur la primaire interne à Paris. Nous avons désigné un candidat qui a maintenant toute légitimité pour faire campagne électorale, et cette candidate, Nathalie Kosciusko-Morizet, a tous les atouts pour conquérir Paris. » (…)
« Chaque chose en son temps, je reste convaincu que pour fabriquer un président en France, il ne faut pas simplement six mois, une candidature et une élection. Il ne faut pas avoir été secrétaire d’état aux choux farcis pour s’imaginer qu’on va tout de suite devenir potentiellement Président de la République. (…) Je pense qu’on a besoin d’avoir, pour 2017, des candidats beaucoup plus expérimentés.

A propos de Patrick Buisson :
« Il aurait du se taire. Il n’a aucune légitimité à intervenir dans le débat public. (…) Qu’il choisisse son métier : acteur [politique] ou commentateur [politique] mais dans ce cas de figure, qu’il se taise ! (…) En l’occurrence, son pari sur les municipales de Paris, il l’a perdu et il se venge. (…) Il s’est déjà planté sur les primaires, il se plantera aussi sur les élections. (…) Patrick Buisson parle pour lui-même, il ne parle pas pour Nicolas Sarkozy.»

A propos de la réforme des retraites :
« Je serai évidement aux cotés de tous ceux qui réformeront le système des retraites pour le sauver. La question c’est : comment ? (…) Quelle piste le gouvernement va choisir ? Si, comme d’habitude, il s’agit d’augmenter les impôts sans réduire les dépenses, je serai contre le gouvernement. (…) Il y avait une multitude choix pour la politique familiale. Quel choix a été retenu ? L’augmentation des impôts. Le choix du gouvernement, c’est la facilité, (…) ça ne marchera pas. » (…)
« Si demain François Hollande prend les bonnes décisions pour la France, en appliquant plutôt notre programme que le sien, je ne vais surtout pas m’en plaindre ! (…) le problème c’est qu’il fait les choses à moitié. Je crains que François Hollande n’applique que pour partie ce que nous proposons pour la France (…). Je reste convaincu que les Français préfèreront l’original à la copie. »

A propos de la position de l’UMP concernant le mariage pour tous :
« Il y a toujours eu une multitude de positions à droite, (…) donc nous devons refléter l’expression des différentes droites. (…) Que l’UMP se soit associée à la manif pour tous ne m’a pas posé de problème. A une condition c’est qu’il n’y ait pas de dérapages de notre côté. Or, il y a eu (…) quelques dérapages qui ont pu laisser à penser que nous étions des conservateurs purs et durs, et ça, me semble-t-il, c’était une erreur. »

0 commentaire