Une histoire de censure, épisode 13

1 380 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
Au cœur de l'été 2012, l'IndispensablE Tristan-Edern VAQUETTE a réalisé un très long (plus de six heures...) entretien vidéo en compagnie de Vincent Cabral autour d'un thème qui lui est (malheureusement) cher : la censure.
Il y parle de "Mort aux Juifs" évidemment, la chanson puis le chapitre de "Je gagne toujours à la fin" et par-delà, plus ou moins en vrac et de façon non exhaustive, de Radio libertaire, de Carbone 14, d’anarchie, d’extrême-droite un peu, de Soral, passage obligé, de Dieudonné naturellement, d’Orelsan pour coller à l’époque, de Costes, nul n’en doutait, de "Hitler = SS" parce que d’évidence cela s’impose et puis, pour finir, de sa brillante carrière, du fait d’être malin ou de son prochain – ? – "Deuxième Massacre", sous titré "Une réhabilitation de l’aigreur".

L'entretien intégral paraît depuis le 1er avril 2013 sous forme de feuilleton à raison d'un épisode tous les lundis. Retrouvez tous les épisodes (déjà parus) sur : http://www.crevez-tous.com/censure

À noter : les épisodes 6 à 14 évoquent le premier roman de l'IndispensablE (Je gagne toujours à la fin) qui est consultable en ligne ici : http://www.vaquette.org/roman, en particulier les chapitres 53 (http://www.vaquette.org/roman/roman_hagio.php?id=60) et 61 (http://www.vaquette.org/roman/roman_hagio.php?id=70) dont il est plus particulièrement question dans ces vidéos. Le livre en version papier, lui, est disponible sur cette page : http://www.crevez-tous.com/vpc

À regarder de préférence en HD.

5 commentaires

désolé de m'être emporter...
Par baldbird l'année dernière
désolé de mettre emporter...
Par baldbird l'année dernière
m... mais... c'était pour de rire!
Par fotn6902 l'année dernière
hé le connard d'en dessous , ferme ta gueule parce que tu fais méchament tièp'...

arrête de faire ton vaquette sale blaireau d'merde ....
Par baldbird l'année dernière
Ami-camarade spectateur, entends mon témoignage. N’écoutant que mon courage, j’ai vendu un rein (le seul qu’il me restait !) pour visionner ces édifiants moments vidéo(ludique)s avant toi, donner à manger à l’IndispensablE, et communiquer au simple -et avare!- mortel que tu es, toute l’ampleur des infinis délices qui t'attendent ; moi je te le dis : dirige tes talons en avant, non en arrière (et fais pas ta Mme Raymond, file des thunes):
Fan d’Yves Lecoq, tu y verras des imitations incroyables; opulent bourgeois, tu auras la confirmation que l’hygiène domestique d’un punk est déplorable –on se demande où est son chien, beurk-; socialiste pratiquant, tu sauras tout de l’amour qu’a Vaquette pour Philippe Val; faf/skin/frontiste/royaliste/identitaire/etc, Vaquette veut bien être ton ami tu sais; mais surtout, jeune branleur, ce que tu attends par-dessus tout, l’insoutenable tension sexuelle née de la mystérieuse assistante caméra se résoudra finalement dans une orgie finale ô combien libertaire -directement inspirée du droit au viol prôné par Sade, c'est dire si c'est libertaire!
Mes souvenirs sont confus tant l’émotion fut grande devant tant de splendeur en images animées, mes excuses s’il y a quelques approximations, et surtout si, censure oblige, certains passages sont finalement coupés (raison de plus pour les regarder en avant première!).
Ah j'allais oublier, tu entendras aussi parler de censure -mais vraiment pas sûr là-, d’ânes archistes (parait-il une amicale de personnes âgées assez semblable au club de bridge de ma mémé), de Soral –c’est presque l’anagramme de "Orelsan", coïncidence ?- et d’autres choses certes secondaires mais néanmoins distrayantes.

Autant dire, tu n'as pas vraiment d'excuse si tu ne regardes pas la suite.
Par fotn6902 l'année dernière