TCHARENTS, Yéghiché - Éloge de l'Arménie (trad. Élisabeth Mouradian et Serge Venturini).

245 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
  • Playlists
Éloge de l’Arménie

De ma douce Arménie, j'aime la parole à saveur de soleil,
De notre lyre aux sons de deuil, j'aime la corde aux sanglots,
L'étincelant parfum de nos roses, — pareilles au soleil,
Et des filles de Naïri, j'aime la danse pudique et gracieuse.

J'aime notre ciel obscur, les sources limpides, le lac de lumière,
L'été torride, l'auguste tempête-dragon soufflant de l'hiver,
Les murs noirs de misère de nos maisons perdues dans la nuit,
Et, de nos millénaires cités antiques, — j'aime la pierre.

Où que je sois, je n'oublierai pas nos chants, voix endeuillées,
De nos livres aux lettres forgées, je n'oublierai point la prière,
Que des épées de nos plaies exsangues percent mon cœur,
Orphelin, brûlé de sang, j'aime l'Arménie-ma-bien-aimée !

Pour mon cœur languissant, il n'y a d'autre conte de fée,
Narek, Koutchak ; point d'autre front glorieux, auréolé,
Parcours la Terre : point d'autre blanche cime que l’Ararat —
Chemin d'inaccessible gloire, j'aime le Massis ma montagne.

Yéghiché Tcharents, Éloge de l'Arménie, Florilège Tagharan (1920-1922).

« L'un des plus fameux poèmes de Tcharents,
un lumineux portrait épuré de ce pays mythique
où "les filles de Naïri" dansent sous nos yeux ».
(Élisabeth Mouradian et Serge Venturini)

Yéghiché Tcharents, Légende dantesque,
présentation, traduction de l'arménien, postface et notes
de Serge Venturini avec l'aide d'Elisabeth Mouradian,
Éd. L’Harmattan, coll. « Lettres arméniennes », 2010, p. 82.
http://www.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=32837

Naïri
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nairi

Illustration : ‘Paysage d’Arménie’
http://www.routard.com/photos/armenie/69500-paysage_d_armenie.htm
Photo : © Philippe Mugnier, avec son aimable autorisation.
http://www.philippe-mugnier.fr/

0 commentaire