Louis Aliot : "La France a déjà été salie par l’affaire Strauss Kahn il ne faudrait pas qu’en plus vienne s’ajouter (...) une affaire Lagarde"

Public Sénat
1,1K
345 vues
  • Infos
  • Exporter
  • Ajouter à
L'invité politique
Le 23 mai 2013 à 8h15 sur Public Sénat et Radio Classique,
Louis Aliot, Vice-président du FN
Invité de Gilles Leclerc et Guillaume Durand.

Extraits

A propos de l’affaire Tapie :
« Toute la lumière doit être faite dans cette affaire. (…) Si Madame Lagarde est mise en examen, sa légitimité au sein du FMI [est remise en cause]. (…) Oui, elle devrait [quitter la direction du FMI]. Elle a un poste de très haute responsabilité, je pense que la France a déjà été salie par l’affaire Strauss Kahn il ne faudrait pas qu’en plus vienne s’ajouter au niveau international une affaire Lagarde, elle devrait en tirer toutes les conclusions. »

A propos de la manifestation du 26 mai :
« Je n’y serai pas mais il y aura une délégation du Front National. J’encourage les militants à défiler le 26, au delà de cette loi sur le mariage pour tous, pour contester la politique de Monsieur Hollande. (…) Il y aura beaucoup de monde dans la rue et le Front National ne peut pas être absent d’une telle manifestation. (…) La rue n’appartient à personne si ce n’est à ceux qui la prennent, nous défilerons avec notre cortège, avec nos élus, nos militants. » (...)
« Il y a une fausse majorité. C’est un parlement qui a une énorme majorité mais qui dans les faits a très peu de légitimité parce que le mode de scrutin fait que (…) Lorsque le parlement n’est pas représentatif et qu’il fait de mauvaises lois, il y a de fortes chances pour que les citoyens s’emparent de la rue, c’est ce qui est en train de se passer aujourd’hui. »

A propos des primaires de l’UMP et d’un rapprochement du FN avec l’UMP :
« L’UMP est en train de se torpiller elle-même. On voit d’ailleurs la fracture idéologique qui existe au sein de l’UMP. (…) Ce n’est pas un fossé, c’est un trou béant ! Ils ne partagent ni les mêmes valeurs, ni le même projet, ni la même politique.» (…)
« Guillaume Peltier vient de chez nous, on ne va pas lui dire : "reviens chez nous ta cotisation t’attend !" Nous, on se base sur des idées, sur un programme, (…) ils n’ont que des slogans, ils n’ont aucune réponse. »(…)
« Si la droite est suicidaire c’est son problème, elle se suicidera tranquillement et elle disparaîtra du paysage politique. (…) Notre but n’est pas d’aller au pouvoir pour appliquer les idées des autres. (...) C’est une grande différence avec la droite de Monsieur Peltier. » (…)
« Nous considérons ses histoires de primaires comme contraire à l’esprit de nos institutions »

0 commentaire