Advertising Console

    Essai Porsche Panamera GTS 2012

    autoreplace

    par autoreplace

    0
    4 162 vues
    Porsche, Panamera GTS

    La Panamera, c’est la berline de Porsche. Une grande berline de presque 5 mètres de long, entre les BMW Série 5 et 7 pour la situer. La gamme se compose de V6 essence et diesel, des modèles turbo et entre les deux prennent place les Panamera S et 4S avec un V8 de 400 ch. La GTS est une évolution de la 4S puisqu’elle dispose d’office des 4 roues motrices et du même V8 mais poussé à 430 ch.

    A l’intérieur, on reconnaît la Panamera GTS aux seuils de portes sans équivoque ou bien aux inscriptions sur les appuie-tête et le compte tours. Le conducteur dispose de sièges à réglages électriques dans tous les sens. Il a face à lui un combiné d’instruments à 5 compteurs, comme sur la 911. La console centrale est envahie de boutons mais l’ensemble impressionne par la qualité de présentation.

    Avec 30 chevaux de plus, la GTS gagne 5 dixièmes pour le 0 à 100 face à la 4S. La motricité est impeccable grâce aux 4 roues motrices et la boîte PDK à double embrayage est du même niveau. A elle seule, la sonorité spécialement travaillée du V8 constitue un vrai plaisir. Le plus impressionnant vient du comportement avec une agilité déconcertante vu le gabarit et le poids. Une vraie Porsche !

    A l’arrière, malgré le gabarit de l’engin, il n’y a que deux places. Mais alors deux belles places, où il faut juste descendre car la voiture est basse. Une fois installés, les passagers ont de la place dans tous les sens, autant que dans une Série 5 mais moins que dans une 7. Au milieu, pas de passager donc mais un petit rangement et une prise 12V. A noter les deux aérateurs par personne, toujours agréable.

    D’une si grande voiture, on attend un coffre énorme. Déception puisqu’il n’atteint même pas 500 dm3. Mais si l’on considère cette Panamera GTS comme une sportive, alors les 445 dm3 sont exceptionnels ! Les formes sont très régulières et la banquette arrière se rabat même en dégageant un plancher parfaitement plat. Notez au passage la moquette, qui ne déparerait pas dans une chambre cossue.

    Cette variante de Panamera est grosso modo une 4S gonflée avec toute la partie châssis de la Turbo. Rien que la sonorité est une sucrerie ! Bon d’accord il faut avoir les moyens : la GTS démarre à 120 000 €, hors option et comme d’habitude chez Porsche ça peut monter vite. Mais au moins l’équipement de série est déjà conséquent. Tout comme la consommation. Mais puisque le budget a déjà explosé….