Advertising Console

    Opéra de Dijon "Actéon" (extrait)

    R Productions

    par R Productions

    25
    66 vues
    Ne le confondez pas avec Gustave… Marc-Antoine Charpentier (1643 – 1704), qui doit sa toute relative notoriété à son Te Deum régulièrement massacré par l’indicatif de l’Eurovision, est un des compositeurs français les plus originaux du xviie siècle. C’est lui qui, après la brouille de Molière avec Lully, composera les parties musicales de ses dernières comédies-ballets, La comtesse d’Escarbagnas et Le Malade imaginaire. Très prisé en son temps pour sa musique religieuse, il devient Maître de Musique du Grand Dauphin, puis de la Sainte Chapelle. Formé essentiellement en Italie — et à Dijon où il étudie le chant pendant quatre ans — son style musical est un des plus personnels du siècle. D’une sûreté d’écriture remarquable, versé comme peu dans l’art du contrepoint et la science de l’harmonie, ses œuvres comportent des audaces stupéfiantes pour l’époque dans l’ordre de la dissonance, du chromatisme et de la modulation, toujours au service d’une richesse expressive subtile et d’une invention orchestrale confondante d’imagination.

    La mainmise du Surintendant Lully sur l’opéra l’éloigne longtemps de ce genre. C’est donc à la cour de Marie de Lorraine, duchesse de Guise, qu’il s’essaie aux divertissements et aux pastorales, formes vocales et scéniques courtes qui sont de véritables petits opéras de poche. Actéon est de ceux-là, qu’il présente — en chantant vraisemblablement lui-même le rôle-titre — en 1684 à l’Hôtel de Guise (siège actuel des archives nationales). Le livret anonyme, tiré des Métamorphoses d’Ovide, met en scène les déboires du chasseur Actéon, amoureux de Diane, déesse de la chasse, qu’il surprendra au bain. Pour châtier son indécente curiosité, elle le transforme en cerf et le laisse dévorer par ses propres chiens.

    Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée retrouvent le répertoire français du xviie siècle, qu’ils affectionnent tant.

    Opéra enregistré le 3 février 2013 au Grand Théâtre de Dijon, par R PRODUCTIONS.