Advertising Console

    Essai Kia Cee’d 1.6 CRDi 128 BVM6 Premium 2012

    autojournalreplace

    par autojournalreplace

    0
    1 258 vues
    Kia, Cee’d, 1.6 CRDi 128, BVM6 Premium

    La première Kia Cee’d avait créé l’événement lors de son lancement en 2007 : c’était la première voiture garantie 7 ans ! Depuis, toute la gamme Kia en profite, mais la Cee’d passe maintenant à la deuxième génération. Tout en gardant bien sûr sa garantie exceptionnelle. Rappelons que la plupart des concurrentes se limitent à deux petites années de garantie hors extensions payantes. « Y a pas photo ! »
    Cette deuxième génération de Cee’d est comme sa devancière la jumelle technique de la Hyundai i30, dont la deuxième génération vient d’être lancée. La Kia sensiblement évolué en design qui devient plus affirmé, un poil plus agressif et gagne en même temps en élégance. La voiture a gagné 5 cm en longueur mais s’abaisse de 1 cm, devenant ainsi visuellement plus dynamique. Sur notre modèle haut de gamme, les roues de 17 pouces sont en série.
    A l’intérieur, ça change pas mal également avec une planche de bord, une console centrale et un combiné d’instruments inédits. Commençons par les compteurs, dont celui du milieu est digital et vous accueille avec une petite animation. On peut même changer la taille des chiffres du tachymètre. La console centrale est maintenant rattachée au combiné d’instruments et les aérateurs ne sont plus placés de part et d’autres des boutons. Sur notre version haut de gamme, des placages noir laqués sont censés donner un côté chic. La qualité de présentation est en tout cas en net progrès et tout à fait aux standards de la catégorie. L’équipement s’est enrichi avec l’apparition de nouveaux équipements comme cet avertisseur de franchissement de ligne ou bien une direction avec trois lois d’assistance. Nous en reparlerons plus tard.
    A l’arrière, l’espace aux jambes n’a pas progressé par rapport à la Cee’d précédente, et pour cause : l’empattement reste le même. Mais il y a de la place pour deux adultes sans problème. Au centre, le dossier est trop dur. Le coffre, lui, a progressé pour passer de 340 à 380 dm3, soit un bon score pour la catégorie. En plus, la banquette se rabat en 2/3-1/3 et dagage un plancher parfaitement plat.
    A l’autre extrémité, le capot cache un 1.6 diesel de 128 ch, déjà vu sur l’autre coréenne. Et malheureusement, on le retrouve avec les mêmes défauts…
    Voix embarquée : « le 1.6 l diesel est le même que la Hyundai i30 et on retrouve le même creux à bas régime. On se demande également où sont les 128 ch ! ». Et oui, malgré 270 Nm de couple, on reste sur sa faim en matière de relances. Le 1.6 dCi de 130 ch de Renault est bien plus convaincant.
    Voix embarquée : « côté châssis, cette Cee’d n’est pas très dynamique mais offre en contrepartie un confort de suspension correct. A noter, petit détail, que la direction a trois lois d’assistance. Mettez-vous en confort pour la ville pour faciliter les manœuvres, mais passer en sport sur la route pour éviter des remontées désagréables dans le volant».
    Notons également la commande de boîte agréable, bien guidée et précise. Et puis la relative discrétion du moteur.
    Parlons budget pour finir. A la pompe, Kia annonce 4.3 l de moyenne, un chiffre qu’il est possible de faire baisse en prenant l’option Pack Eco à 300 € : vous avez alors un stop&start qui fait baisser la consommation à 3.8 l de moyenne, soit 100 g/km de CO2. Pas mal du tout pour la catégorie, mais on se demande pourquoi Kia ne l’a pas installé en série.
    Côté tarif, notre Kia haut de gamme s’affiche à 24 000 € avec ses 128 ch et un équipement relativement complet. C’est moins cher que la plupart des concurrentes à puissance et équipement équivalents. Et puis il y a toujours cette garantie 7 ans : à elle seule un argument massue, mais heureusement, cette Cee’d ne s’en contente pas.