sysou91

En marge de la société…Je suis en marge de la société. « Pourquoi ? » me direz-vous. Simplement parce que je suis motard. Je ne suis pas les sentiers battus de la bonne figure qui voudrait que j’aille travailler en transport en commun, que je me déplace en voiture familiale, que ma passion contient une notion (trop importante) de danger et que même après la perte de certains du à cette même passion, je reste campé sur ma position de motard, par choix. ET J’EN SUIS FIER !La moto est une passion contagieuse. Elle naît souvent par la connaissance de quelqu’un qui « fait de la moto ». De ses récit naît souvent une envie de connaître les même sensations. Envie qui nous pousse à acheter SA moto. Mais combien de fois ai-je du faire face aux affronts de mes congénères bipède et quadri-cycle. Je ne les compte même plus. Ils ont le nombre avec eux : Nous ne sommes que peu de motards face à une armée d’automobilistes chevronnés et sécuritaires à tout-va. Mais c’est pas grave, la moto et son environnement gardent cette chaleur intacte en moi. La chaleur de retrouver ses amis motards. C’est un sentiment unique qui n’a pas de comparaison possible avec les autres rencontres. La chaleur de partager un café avec eux après un périple dans la jungle routière. Oui c’est sur, les motards ne sont pas comme les autres. Ils ont aussi leur monde à eux, leurs codes, leurs habitudes, us et coutumes. Aucun automobiliste borné à son monde stable, ne peu s’imaginer ce que peut ressentir un motard qui prend une belle courbe. Et pourtant que c’est bon ! la moto n’est pas uniquement un engin capable d’avaler une ligne droite à fond comme certains le pensent, c’est surtout dans les virages que le motard moyen prend son pied. Les virages. Source de plaisir du motard, galère sans nom pour l’automobiliste du dimanche. <br />Alors non les motards, dont je suis fier de faire parti, ne sont pas comme tout le monde. <br /><br />Moto: Suzuki GSXR1000K6 <br />