Collectif associatif Parents Privés d'enfant

RELAIS POUSSETTE du 15 mai au 6 juin 2010 <br /><br />Sur 13 départements, vide d'enfant, avec 20 bougies et pleine d'information la poussette du parent privé illégitimement de lien familial avec leur enfant va parcourir 855 km à la rencontre des élus et surtout des citoyens afin de faire prendre conscience du besoin de changer de réflexe et l'adoption des "12 réflexes de la coparentalité attitude" : Ne plus attendre la rupture du dialogue et chercher de l'aide auprès des personnes de leur choix pour vivre au mieux la parentalité au quotidien et surtout en cas de rupture du couple marital, pour que le couple parental puisse continuer à exister. <br /><br />Après une séparation, la rupture du dialogue entre les parents et les "règlements de compte homme-femme" impliquent la destruction du dialogue père-mère et causent la négligence durable des besoins affectifs de l'enfant et non respect de ses droits, le plus souvent... par le parent dit gardien ! C'est le cas d'Ana, secrétaire de l’association Sos Privés de Maman, à l’origine du collectif qui a unifié huit associations engagées dans cette problématique. Elle ne voit plus ses triplés depuis six ans parce que les décisions de justice ne sont pas respectées par leur père. Jusque-là, les collectifs de mères et de pères fonctionnaient séparément. Unis et disséminés en France les membres du collectif appellent au respect des droits de l’enfant et propose: <br />>l’affichage d'un résumé simplifié de la convention des droits des enfants dans tous les lieux de la petite enfance. <br />>l'adoption d'un contrat qui serait rédigé par les parents dès la naissance ou adoption de leur enfant et assurerait un contexte de coparentalité engagée et responsable: sur tous les aspects de la vie de l’enfant "pour que le couple parental puisse continuer sa mission après la dissolution du couple marital" précise Ana.