Krystle Warren

Voir Krystle Warren pour la première fois sur scène est une expérience saisissante. D’abord par le côté complètement improbable de sa prestation : elle débarque discrètement sur scène en se contentant d’un simple ‘hello’, puis se met à chanter en dégageant une sorte de puissance naturelle qui contraste totalement avec sa frêle silhouette. En entendant sa voix retentir dans une salle pleine à craquer, sans le recours à un micro, on ne peut qu’être impressionné. A cela s’ajoute sa technique vocale, comme son mélisme aussi riche que celui de Stevie Wonder ou Donnie Hathaway, qu’elle utilise dans des genres musicaux qui n’en sont pas coutumiers comme le folk et la country, des chansons visiblement inspirées aussi bien de Nick Drake que Joni Mitchell ou Willie Nelson. Une fois que l’on s’est familiarisé avec ces incongruités, on ne peut qu’être sensible aux qualités de cette auteur-compositeur-interprète-poète vraiment originale, comme on en rencontre rarement.