kkkk7

Je t'écris des trottoirs de nos villes habillées en Noël, <br />De quelques nuits d'hiver aux saveurs douces-amères <br /><br />Je t'écris de ces soirs de lumière, <br />Des yeux émerveillés de cette petite fille <br />Au pied d'un grand sapin sur la cinquième avenue <br /><br />Je t'écris d'un départ, d'une valise oubliée <br />Je t'écris d'un lac blanc où ce couple patine <br /><br />Je t'écris d'un désert où l'épave d'un bateau se souvient de la mer, <br />Je t'écris d'une terre où des maisons s'écroulent <br /><br />Je t'écris de Venise, où les amants s'éveillent au son de vieux clochers <br />Il y neigera peut-être encore cette année <br /><br />Je t'écris de la mer, au large de Gibraltar le regard vers Tanger <br />Je t'écris de l'Afrique où l'on meurt par milliers <br /><br />Des quatre coins de la terre, je t'écris des tranchées de guerres abandonnées <br /><br />Je t'écris d'un baiser, de ce banc de Paris <br />Où deux amants s'enlacent dans leur éternité <br />Et que rien ni personne ne pourrait déranger <br /><br />Je t'écris d'un café, de l'aile d'un avion <br />Où nos mémoires s'enlacent dans ton éternité <br />Et que rien ni personne ne pourrait m'enlever <br /><br />Je t'écris de ces ciels de quart monde <br />Où les corps si légers d'enfants trop peu nourris s'élèvent sans faire de bruit <br /><br />Je t'écris de la rue où l'on danse et l'on chante <br />Je t'écris du plumier d'un vieillard solitaire à la chambre oubliée <br /><br />Je t'écris de la part de ces dieux impuissants aux noms desquels on tue <br />Je t'écris de la main de ces hommes de paix qui n'ont pas renoncé <br /><br />Je t'écris de la Seine, la tour Eiffel y brille dans des reflets passés <br />Je t'écris du souvenir d'un baiser par milliers <br /><br />Des quatre coins de la terre, je ferai le tour du monde, d'un jour très ordinaire <br />Je t'écris de ce rêve de t'avoir tant aimé <br /><br />Je t'écris ébloui par tant d'humanité