cherbikh

Les porcs d’Amsterdam <br /><br />Dans le port d’Amsterdam <br />y a des malins qui s’engraissent <br />en manque d’amour et de tendresse <br />tout en pissant sur leurs jolies dames <br /><br />Dans le port d’Amsterdam <br />y a des putains qui pleurent <br />et qui pour une dose de came <br />elles se donnent aux maquereaux dealers <br /><br />Dans le port d’Amsterdam <br />y a des crétins du dimanche <br />avec la pensée sous les hanches <br />des pervers qui s’enflamment <br /><br />Ils se serrent les couilles <br />pour le meilleur et le pire <br />jusqu’à ce qu’ils se mouillent <br />dans un médiocre plaisirs <br /><br />Et ils tournent et ils dansent <br />comme des chiens enragés <br />sur des tons de dégradés <br />des Alexandres et des Alfonses <br /><br />Quand les porcs d’Amsterdam <br />abondent de vices et de faiblesses <br />avec la chaleurs sous les fesses <br />tels des bourricots descendant de l’âne <br /><br />Quand les porcs d’Amsterdam <br />du Danemark ou d’ailleurs <br />enfin tous ces porcs quidams <br />qui se prennent pour les meilleurs <br /><br />Plein de bières et de drames <br />avec la joie déchiquetée <br />sur des versets décortiqués <br />dont le sens est trop dense <br /><br />Je vois les porcs d’Amsterdam <br />loin des lueurs et des lumières <br />en célébrant leurs vaines prières <br /> devant la corpulence de mon Slam <br /><br />De New York à Rotterdam <br />avec la rancune de l’épée dans l’âme <br />devant les spectres d’Oussama et Saddam <br />et des kamikazes de hautes gammes <br /><br />Tout ridicules et drôles <br />pour nous enseigner la vertu <br />c’est sur une nappe de pétrole <br />que les cochons se sont dévêtus <br /><br />Quand les porcs d’Amsterdam <br />caricaturent prophète et islam <br />c’est leur sales têtes qu’ils réclament <br />sur des plats des bons imams. <br /><br /> Jaafar Saighe le bougnoule heureux <br /><br />