AV

AV est l'enivrant projet du Francilien Adrien V, qui plutôt que d'allumer un cierge sur l'autel des vieilles gloires eighties, vient les convier au chaos de sa génération. Les synthétiseurs de Suicide, Kraftwerk et Mirwais Ahmadzaï sont tatoués en AV mais loin d'être un projet de revival new-wave nostalgique, sa production actuelle, rugueuse mais rigoureuse, met en valeur son écriture insolente, en français.<br /><br />Souvent charnelles et vicieuses, ses paroles ont la poésie d'un Christophe coupé du jour, AV décrit Paris, ses errances de l'esprit qui lui permettent de se mesurer aux dandys, Jacno en tête.<br />Il prête aussi ses mots d'un poétisme acide à Lescop, le nouveau projet du chanteur d'Asyl qui lui a écrit Autostrada en retour d'ascenseur.<br /><br />Avec AV, on est toujours certain de s'enfoncer dans les caves obscures parisiennes comme dans les histoires tourmentées des âmes de la capitale qui vont chercher leur salut dans les vapeurs d'alcool. <br />Eva E. Davier, réalisatrice du premier clip d'AV, en a capté le magnétisme, mettant en image les contradictions du tube manifeste Venus Bar, où les râles passionnés ponctuent une chronique de la vie nocturne.<br /><br />Epaulé par Alexandre Armengol Areny des Puss In Boots pour la production des morceaux, AV a réuni également autour de lui la guitare d'Alice Botté (Alain Bashung, Christophe, Daniel Darc, H-F Thiefaine, Jacno etc.), la guitare blues de Léo Grandperret (Kings of Cash), la basse d’Antoine de Saint Antoine (Lescop, Daniel Darc) et les compositions de Philippe Thibault (Garçons d’Etage).<br /><br />Il forme avec eux la nouvelle Armée de la nuit, comme disait Daniel Darc...