Théâtre 95

Fondamentalement ancré dans son environnement, nourri du rapport « théâtre, culture et société » qui, par nature, inclut le spectateur, l’habitant, le public dans son champ, comme le vrai destinataire de sa démarche artistique, mu par le moteur de la création, ouvert aux écritures scéniques d’aujourd’hui, l’ambition du Théâtre 95 – scène conventionnée aux écritures contemporaines, s’est toujours concentrée sur l’interrogation des grandes mythologies de son temps, sur les langages de la modernité, et a toujours été de faire de la création théâtrale l’objet d’un débat permanent dans le contexte d’une interpellation collective, favorisant ainsi par tous les moyens le maintien d’un lien organique entre la culture, la vie sociale et politique. <br /><br />Les années d’expérience accumulées, la nature même du projet artistique du Théâtre 95, la réflexion menée sans cesse sur le travail poursuivi et sur le rapport que peuvent aujourd’hui entretenir les institutions culturelles avec le public ont en effet abouti à ce constat d’apparence simple, mais aux implications très profondes : un lieu de culture, c’est d’abord un lieu de vie, un lieu d’échanges, un lieu où l’on peut faire advenir un rapport différent au monde. La demande du public qui le fréquente porte certes sur la création artistique, sur la circulation des savoirs, sur les recherches esthétiques, mais aussi et avant tout sur la qualité des rencontres qu’il permet. <br /><br />Dans une société largement dominée par les échanges marchands et par les stéréotypes qu’ils génèrent, un tel lieu permet, un peu, de s’en « désaliéner » et que s’établisse entre les personnes un « commerce non commercial », parce que ce lieu est un espace de gratuité, dans la mesure où le premier de ses apports au public est tout simplement un apport humain. <br /><br />Joël Dragutin <br />