Patrons-sans-Frontieres

Nous, membres du collectif « Patrons sans frontières », crions “haro” à l’hypocrisie du grand patronat français et nous déclarons solidaires des associations militant pour la régularisation de tous les clandestins. Nous sommes d’avis qu’il est indispensable d’introduire massivement sur le marché du travail davantage de main d’œuvre peu coûteuse. Cela stimulera la concurrence, dopera l’entreprenariat, relancera l’offre en travailleurs ainsi que la performabilité et la croissance française. En période de crise, plus que jamais des efforts doivent être réalisés et économiser sur les salaires de nos employés doit faire partie de la dynamique appelée de ses vœux par le président Sarkozy, par la création d’un ministère de la Relance. <br /><br />Pour cela, nous affirmons clairement notre préférence pour les clandestins. Au contraire des Français de souche, ils ne sont pas regardants sur les conditions de travail, d’embauche et sur la rémunération. En outre, dépourvus de droits civiques, ils ne disposent pas du droit de grève et sont ainsi plus malléables, toujours disponibles et aisément manipulables. <br /><br />De même qu’il est admis de délocaliser nos entreprises pour faire des économies, nous revendiquons le droit de délocaliser artificiellement notre force de travail en embauchant des « sans-papiers ». Dans une logique ultra-matérialiste, l’individu ne saurait être considéré autrement que comme une marchandise à part entière. Assez de langue de bois. Il faut briser ces tabous !