Musicozia

Nous sommes plusieurs personnes qui se sont rencontrées sur les régions lyonnaise et parisienne. Partis d’une envie commune et d’expérience multiples du paysage africain, nous avons décidé d’un projet d'échange en Afrique de l'Ouest. Après de multiples tentatives d’agir avec d’autres structures d’aide afin d’assurer un soutien dans les pays dits "en développement", nous nous sommes confrontés à un manque certain de cohésion entre les différentes structures avec lesquelles nous avons travaillées. <br /><br />Les aides occidentales, d’une part, se limitent à des envois d’argent finissant trop souvent aux pouvoirs locaux ou à la mise en place de plantations ou de constructions inutiles et désertées quelques années après. Localement, la demande existe aussi mais outre le fait qu’elle se perde dans un appel publicitaire jouant plus sur le touristique qu’à l’utile, elle ne fournit pas de structure efficace. La multiplication des chantiers disperse les forces et trop souvent ceux-ci doivent être fermés à cause d’un manque de coordination. Nous avons ainsi créé notre association, dans le but de regrouper les volontés en une action commune. <br /><br />La démarche d’action est claire : il ne s’agit pas ici d’assistanat mais de soutien au développement. Ce soutien n’est pas financier, il se veut essentiellement formateur. Chaque action est envisagée comme durable, ainsi chaque projet est accompagné d’un processus d’évaluation et de suivi important. Chaque projet est piloté par un membre de l’association française et un membre de l’association africaine durant sa conception et sa mise en place. Des membres délégués de l'association sur place permettent d'assurer la continuité de l'action. <br /><br />Depuis plusieures années maintenant, les missions initialement destinées au Togo ont pu s'établir au Bénin et au Burkina Faso. La structure s'est développée, à chaque fois différente, afin de pouvoir répondre aux besoins des localités avec lesquelles nous travaillons. Les missions et les projets durables que nous proposons encadrent de nombreux volontaires togolais, béninois et burkinabais en plus des volontaires européens. <br />C'est en ce sens qu'il y a un réel échange humain au sein des actions.